lundi 6 juillet 2015

Leçons

Depuis janvier, je pense avoir beaucoup appris.

J'espère ne jamais oublier ces leçons :

  • ne plus laisser n'importe qui dire n'importe quoi sans réagir,
  • défendre mes valeurs et ceux que j'aime, coûte que coûte.

Malgré ma grande gueule, je n'ai jamais été quelqu'un de très affirmé publiquement.
Probablement le résultat du mélange assez foireux entre mon éducation à ne pas faire de vagues trop profondes et la certitude, de plus en plus ancrée au fil des années, que tenter d'éduquer ne sert à rien car les gens n'apprennent rien et/ou que je n'ai pas la manière pour (ce qui revient au même).

Le plus souvent, je râle dans mon coin et laisse les autres m'asséner leurs grosses conneries. Puis je ressasse jusqu'à la migraine.

Sauf que, depuis mon hospitalisation en janvier dernier et la mort de la chatoune, à bien y réfléchir, ce n'est juste plus possible. Je ne supporte plus.

Lire la suite...

samedi 20 juin 2015

Un mois

La mort creuse des trous dans ma vie, mon avenir, mon cœur.

samedi 30 mai 2015

Irréel

C'est le sentiment qui prédomine.

Lire la suite...

vendredi 22 mai 2015

Et puis

En février de cette année, Moka a été diagnostiquée diabétique.

Il a fallu lui faire une piqûre deux fois par jour.
Ça a été un combat pour qu'elle accepte, il a fallu ruser, composer, négocier avec elle.

Petit à petit un rituel s'est installé : Pappo s'est chargée des piqûres, je devais sortir de la pièce sinon Moka faisait, oui faisait ;(, des difficultés.

Moka est morte depuis 2 jours et c'est un tel vide.

Elle a été courageuse jusqu'au bout. Elle avait 7 ans et 3 mois, et c'était une super chatte. Vous n'avez même pas idée.

A ses détracteurs qui l'accusaient d'être une chatte caractérielle et agressive, nous répondons qu'elle détectait les hypocrites et autres faux culs à des kilomètres et qu'une fois qu'on se présentait à elle comme il convient (et donc sans lui sauter dessus et la poignasser sans aucun égard) elle se révélait tout à fait sociable. Tambour Major peut en témoigner puisqu'elle s'est frottée à ses pieds, avec délectation.
C'était une super chatte à qui on ne la faisait pas.

On a pu lui dire au-revoir et elle nous l'a dit aussi.

C'est dur de ne plus l'entendre, notre bavarde.

Un an de sommeil pour ce blog

Un temps nécessaire pour nous retrouver entre nous, ma compagne, mes parents et nos chats dans notre nouvel environnement, loin de Toulouse et de son hypocrisie sudiste, qui vraiment me sortait par tous les trous.

Loin d'ici avec cette contrainte d'écrire, de relater, de nourrir un "public".

Un an de sommeil sans qu'il ne se passe trop de choses à rendre forcément publiques.
Je n'ai pas ressenti de besoin d'écrire, j'ai même beaucoup moins lu.

Et puis...

lundi 15 décembre 2014

Accéder ou excédé, j'hésite

C'est connu, le chômeur est un glandu qui a du temps à revendre et pour qui chaque petite contrariété est un plaisir à l'état pur.

Et Pôle Emploi, cette usine à occuper les chômeurs, l'a bien compris...

Lire la suite...

mardi 26 août 2014

Enfin !

On a enfin déménagé. Après de longs mois de quête, nous avons trouvé un autre appartement.

Lire la suite...