Emoi émoi émoi

Les rencontres virtuelles me sont souvent plaisantes.
Je m'ouvre des horizons, y croise des gens que je n'aurais, a priori, jamais approché autrement, du fait de l'éloignement géographique le plus souvent, plus rarement l'éloignement social.

J'aime vraiment bien ça. Mais ne suis pas pour autant un collectionneur : mes contacts sur les réseaux sont limités[1]. Très raisonnable tout ça. A échelle ouanienne.

Et puis, parfois[2], il y a quelque chose qui... Il me semble. Pas totalement sûr, mais il me semble.

En général, on migre vite fait sur le chat. J'apprécie l'instantanéité du dialogue. C'est facile, ça reste éloigné, relativement. On peut faire connaissance tranquillement, en toute discrétion.
J'utilise un outil de chat qui ne me permet pas l'utilisation de la webcam[3]. Je trouve cela moins intrusif et stressant. Donc pas d'image, juste des mots, des silences, des attentes.
Ça permet de se concentrer sur ce qu'on veut faire passer. Mais du coup, on peut se demander, légitimement, si cette parole est réelle ou fabriquée. Est-ce du flan ou l'autre est-il vraiment ce qu'il parait être ?

Je dois bien reconnaître ne pas faire vraiment d'effort pour soigner mon "paraître". Ça m'intéresse tellement peu de perdre du temps à ça.
Il me semble que la parole se transforme en tromperie quand on joue au jeu des apparences. Personne ne peut y gagner sur le long terme, et moi, c'est le long terme que je vise, en amour comme en amitié.

Alors, je prends mon pied à discuter avec l'autre, échanger, comparer, apprendre.
L'imagination se met en mouvement, l'autre[4] se dessine d'après ce qu'elle me dit, laisse entendre, rebondit, élude aussi.
Ne pas savoir à quoi elle ressemble me permet aussi de me griser de ce qu'elle fait passer. Tout en me rassurant : je m'enflamme tellement vite... Inutile de griller les étapes.

Il faut aussi préciser que je ne discute pas avec des gens qui sont proches de moi géographiquement. Ça complique parfois, ou pas.

Plus le temps passe et les échanges prenant de la consistance, vient l'inévitable envie de voir à quoi elle ressemble. Pour conforter cette impression de bien-être, que c'est bien la bonne personne.

Je sais combien l'apparence peut être une sanction. Je l'ai déjà subie, je l'ai déjà fait subir. Dans un cas comme dans l'autre, ce n'est pas plaisant. Pas de victoire, juste un échec.
On a beau se dire que l'entente est parfaite, en amour, l'alchimie passe beaucoup par l'attirance visuelle...

Mais on n'en est pas encore là, inutile de griller les étapes.

Dans le prochain billet, on se demandera si, finalement, je ne serai pas définitivement maso... Des fois que.

Notes

[1] chat, 30 personnes à tout casser - Facebook, moins de 40 - Twitter, autour de la soixantaine

[2] bon d'accord, super rarement !

[3] enfin on pourrait mais faut installer un machin pour que le truc marche et pour tout dire je n'aime déjà pas les photos, alors les images qui bougent... hein ?!

[4] ben oui, une fiiiiille

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-o :-D z-z g-) LOL 8-) :-p :-( :-C ;-( d-) 8-O rl-) y-) r-) i-) x-) -?) v-)