Mot-clé - coloc (16)

jeudi 3 novembre 2011

Porcinet s'est manifesté

Mon coloc m'a écrit. Dix jours sans nouvelles depuis qu'il a pris un sac de couchage et laissé tout son foutu bordel puant en plan dans la piaule, ordi et lumières allumés :

ut
desole pour l instant nje vie dans la rue . garde mes affairres je vi*ais venir te payer et les recuperer. ne les mets pas dehors stp , c est ma vie que tu as entres tes mains..ciac

Je passe sur le couplet culpabilisant et les fautes innombrables.

J'ai renvoyé ceci, j'ai été soft je trouve :

Ce n'est pas parce que tu as décidé de foutre ta vie en l'air que j'ai à subir tes choix. J'ai d'ailleurs suffisamment subi les visites de tous tes copains SDF... Surfcouching, mon cul ! Tu m'as vraiment pris pour un con...
J'ai empaqueté tout ton bordel dans tes sacs et entreposé le tout dans mon entrée.
J'ai du mettre à la poubelle la couette que je t'avais prêté : elle puait la crasse et la bière rance. Le matelas va certainement prendre le même chemin ! Bref, je t'ai accueilli chez moi et tout ce que tu as été foutu de faire c'est dégrader des trucs qui ne t'appartenaient pas (ou encore pire me voler des trucs ou te les approprier) !
Franchement, j'ai jamais vu un tel je m'en foutisme !

Bref, va te falloir trouver un moyen de me rembourser ça ! Je ne suis pas fortuné (c'est même carrément le contraire) et moi j'ai été honnête avec toi et ai joué le jeu avec ta mère...

Comme j'ai quand même besoin de récupérer la chambre, je vais mettre ton fauteuil pourri sur le trottoir, garder le reste de tes affaires dans mon entrée.

Ceci étant, je ne suis pas loin d'avoir atteint mes limites de patience à ton égard, aussi ne tarde pas trop à venir récupérer tes affaires... et à me rembourser et me rendre le téléphone portable que je t'ai prêté.

Ceci étant, ça pue toujours autant dans la chambre, j'aère, je mets de l'encens et soupçonne le matelas de diffuser cette odeur infecte. L'un de vous saurait s'il est possible de désempuantir un matelas ?

samedi 15 octobre 2011

Comme une légère envie de tout péter à coup de masse

  • Eté chercher mes lunettes avec leurs nouveaux verres. Coût de l'opération : 208€ pour constater qu'ils ont percé les verres n'importe comment (du coup, j'ai un verre plus haut que l'autre et ça affecte légèrement la rotation de l'astigmatisme) et ont abimé une branche des lunettes. Il va falloir y retourner et râler, et, bordel, ça ne m'amuse pas de râler contre la connerie des autres !
  • Mon coloc ne semble pas chercher d'autre point de chute. Je le vire mardi soir. Il m'a prévenu que la trêve hivernale pouvait m'interdire de le foutre dehors, sauf que la trêve débute le 1er novembre (il la situe au 15 octobre, sauf que pour le coup il s'agit de la date pour Paris, et que là, Paris, je m'en contrebranle) et qu'il n'a aucune existence légale dans cet appart... Bordel, ça ne m'amuse pas plus de devoir le virer... Et ça ne m'amuse pas du tout de n'avoir plus aucune réserve d'argent puisqu'il me doit 800€ ! Bref, il me casse les couilles et devinez où je somatise, là ?
  • Toujours pas de nouvelle de ma formation. Formation qui doit normalement débuter jeudi 20/10.
  • Lundi, je devais me faire appareiller pour l'apnée du sommeil, vu mon niveau de stress, je vais décaler à plus tard.
  • J'ai manqué d'attention, un petit merdeux m'a volé mon compteur de vélo. Acte pour le moins stupide puisque sans le support, ce compteur ne sert à rien.

Bref, personne n'aurait un mur à abattre pour que je puisse me défouler ?

mercredi 14 septembre 2011

C'est la dernière fois !

Que je choisis un coloc homme.

Lire la suite...

dimanche 11 septembre 2011

Point du dimanche

  • Moka est malade, vivement demain qu'on aille chez le véto (vomit de la salive, ne mange ni ne boit, elle roupille, vomit et miaule juste avant pour prévenir),
  • du coup je ne suis pas tranquille,
  • pas sûr que je puisse suivre la formation qui m'intéresse, connerie de pré-requis débile qui exige un niveau III,
  • demain, je vois aussi le toubib pour moi, un truc à surveiller, peut-être d'autres examens à la suite,
  • la pratique du smartphone qui corrige automatiquement les fautes est nuisible pour la santé : je dois me relire consciencieusement quand j'écris ici, ça me fatigue,
  • mon coloc me les brise menu (siffle ma bière, mon vin, ma mirabelle et me fait des chèques en bois), y a motif à énervement !
  • sais pas trop ce qui se passe mais depuis que j'ai arrêté de fumer (voir le compteur sur le côté droit) j'ai pris de bonnes résolutions dans d'autres domaines, en fait, ça me fait un peu flipper, je vais pas devenir quasi normal, dites ?
  • ça me plairait vraiment de mieux te connaître... pas forcément pour que ça débouche (sic) sur quelque chose, je suis curieux...

Je vous tiens au courant pour le monstre velu et griffu demain.

mardi 29 mars 2011

Sous raclure de bidet

C'est curieux, je ne suis même pas étonné plus que ça...

Lire la suite...

vendredi 25 mars 2011

Informé

Half m'a soutenu, droit dans les yeux, qu'il n'avait pas cassé une de mes assiettes, alors même que je savais qu'il mentait.
J'ai laissé courir tout en exposant ostensiblement sur la table du salon un morceau de cette assiette trouvée lors d'une séance de nettoyage sur le balcon.

Avant-hier, il m'a envoyé par mel l'adresse de son site sur lequel il déverse ses vidéos. Si vous voulez savoir comment c'est arrivé, visionnez donc ceci (5min 36s).

Je pensais qu'il s'agissait d'un accident, mais visiblement pas.

Que quelqu'un puisse faire un tel geste sans se poser de question sur les notions de droit, propriété, légitimité, franchement, ça me troue le cul !

Bref, je ne vais pas le regretter celui-là.

samedi 12 mars 2011

Comme si de rien n'était

Je pourrais dire que je comprends, qu'il y a des situations qui font que ce n'est pas, au final, si important, mais non. Ce type de comportement m'insupporte au plus haut point. C'est même pas loin de me rendre vraiment colère.

Il ne s'agit pas de prendre tout au tragique mais plutôt de redonner leur exacte place aux choses.

J'ai tendance à sur-estimer les choses quand elles me touchent de trop près. Je garde le plus souvent ces émotions pour moi, jusqu'à ce que ça me pète à la figure d'ailleurs.

Bref, je suis rentré chez moi pour découvrir qu'Half [1] avait pété certains objets chez moi et s'est bien gardé de m'en informer. Comme si je ne connaissais pas mon environnement et allais passer à côté sans rien voir.

Pas de bol, je suis un attentif.

Notes

[1] mon coloc qui fait les choses à moitié