Pif

Vais causer d'un phénomène extrêmement rare qui, du coup, se manifeste avec une extrême violence chez moi : quand j'ai quelqu'un dans le pif, c'est du lourd et j'ai beaucoup de mal à passer outre !

Je ne doute pas un instant que la personne faisant l'objet de ma répulsion peut être, par ailleurs, tout à fait charmante et estimable. Il ne s'agit ici que de mon ressenti, largement assaisonné par mon expérience.

D'un petit rien, me voilà en train de faire monter l'énervement pour qu'il devienne une belle colère qui pourra très aisément se muer en furie avec toutes ses options si intéressantes et enrichissantes : irrépressible envie de tout casser, voire de péter la gueule à quelqu'un, mais c'est sans compter avec mon immense timidité, ma prodigieuse obsession de ne pas devoir compter sur les autres, ne pas les déranger, etc. Au final, j'intériorise tout et me retrouve avec une boule de fureur bien compacte en haut des épaules et une nuque nouée bien comme il faut.

Très très intelligent tout ça.

Je suis quelqu'un qui croit en la valeur de la parole, tout autant orale qu'écrite. En la transmission de l'expérience. En l'écoute. En l'humilité face à une histoire dont on ne connait que ce qu'il en est dit, donc parfois sans connaître l'entièreté du contexte du conteur.
Je crois en la nécessité d'estimer que ce conteur fait de son mieux, qu'on doit lui faire confiance lors de son témoignage.
Je crois que tout jugement, autre que personnel (j'aime/je n'aime pas), est alors malvenu.
Je crois indispensable de bien faire attention à ce qu'on dit alors, et d'apporter tout autant d'attention à la gestuelle qu'on adopte.

Je n'ai que dégoût pour ceux qui sont en représentation du métier qu'ils exercent. Se retrouvant alors à surjouer leur efficacité dans leur boulot, simplement parce que la pénurie de ceux qui font bien leur boulot est extrême.
Encenser des gens parce qu'ils font correctement leur job, c'est quand même du grand n'importe quoi !

Bien faire ce pour quoi on a été formé et pour quoi on est payé est normal.
Faire son boulot avec un minimum de bon sens est normal.
Dans les métiers de service, prendre en compte le demandeur est normal.

Il n'y a rien d'exceptionnel là-dedans.

Du coup, pas de quoi se la péter et se croire autorisé à faire la leçon à son auditoire parce qu'alors, moi, j'ai envie d'offrir une tarte aux doigts...

Franchement.

Commentaires

1. Le jeudi 30 août 2012, 09:35 par Anthom

Ton billet met les mots qu'il faut sur une expérience que vient de vivre mon homme et qui l'a laissé en fureur. En te lisant je viens de réentendre toute la colère qu'il m'a exprimée, déversée, ce matin au téléphone contre ces attitudes que tu décris. Merci!

2. Le jeudi 30 août 2012, 20:02 par Pappolène

Tiens, ça me fait penser, mais ce n'est peut-être plus le cas aujourd'hui, à cette drôle d'habitude qu'avaient les passagers d'un vol long distance : applaudir le pilote après l’atterrissage, comme si c'était un exploit de ne pas s'être crashé ! Alors que bon... Encore heureux, il a fait des études pour savoir piloter un avion ! On a qu'à applaudir son dentiste quand il nous pose un plombage tant qu'on y est.

3. Le vendredi 31 août 2012, 07:26 par Valérie de Haute Savoie

-?) Si quelqu'un m'énerve, me sort par les yeux, j'ignore tout simplement. Il y a tant de choses plus importantes à faire et qui ne me bouffent pas la vie. Et je trouve très rigolo d'applaudir lorsqu'un vol est fini, je suis en vie et surtout je vais pouvoir bouger et sortir :-D

4. Le vendredi 31 août 2012, 11:30 par brol

Donc quand tu descends du bus ou du métro, tu applaudis le chauffeur aussi parce que c'est drôle et que tu le remercies de n'avoir pas eu d'accident ? Chauffeur qui ne t'entend d'ailleurs pas...

5. Le vendredi 31 août 2012, 13:20 par mirovinben

Vu mon appréhension à prendre l'avion (alors que trams, bus, métros et trains ne génèrent pas chez moi les mêmes inquiétudes), je pense que je serais suffisamment soulagé après l'atterrissage pour marquer mon contentement...

6. Le vendredi 31 août 2012, 14:33 par brol

Il s'agirait alors de la manifestation, non pas de plaisir ou de joie, mais de soulagement ? Perso, manifester du plaisir parce qu'un gars fait bien son boulot, ce pour quoi il a été formé et est payé, je trouve ça tout simplement délirant. Je me vois mal applaudir mon boulanger quand je lui achète mon pain, même s'il est bon.
Ce que je trouve très dérangeant, c'est de trouver exceptionnel qu'un gars fasse bien son taf, en lui montrant qu'on a apprécié ce fait et n'avoir quasi pas de manifestation quand on tombe sur un incompétent. La normalité s'en trouve faussée et ça, ça me gêne vraiment.
Après, chacun trouve son plaisir où il veut et comme il l'entend. Je ne cherche à convaincre personne 8-)

7. Le vendredi 14 septembre 2012, 09:12 par Ennairam

Eh bien je trouve que la vie serait plus agréable pour tout le monde si chacun manifestait son plaisir, sans ostentation certes. Remercier quelqu'un pour un travail bien fait est normal et me parait être la première règle, élémentaire, de politesse. Après une conférence, je remercie l'orateur. Lorsque mes élèves s'exclament joyeusement parce qu’ils ont aimé le cours, ça me fait plaisir (je suis un prof très médiocre) et ça ne fait de mal à personne ! Pourquoi ne pas dire de temps en temps au boulanger que son pain est très bon, plutôt que de gueuler en le traitant de feignant le jour où les baguettes ne sont pas cuite à l'heure ?

Être fier et heureux de son travail me parait plutôt sain et agréable, même pour l'auditoire. C'est juste lorsqu'on se pose en donneur de leçon et lorsqu'on semble imbu de sa supériorité que ça devient gênant. Je m'amuse et m'intéresse beaucoup plus en entendant quelqu'un claironner sur ce qu'il fait bien et ce qui lui plait qu'en entendant les sempiternels gémissements sur tout ce qui ne va pas au boulot ; ce qui ne veut pas dire que je ne puis y prêter une oreille attentive, intéressée et empathique (je me vante je me vante).

8. Le vendredi 14 septembre 2012, 11:07 par brol

Avant tout, bien faire son travail est normal. Ça n'a rien d'exceptionnel. Ensuite, si l'usager veut manifester son plaisir face à ce bienfait, libre à lui mais ce n'est pas une règle à mon sens. C'est juste un truc en plus, comme la cerise sur le gâteau.
Perso, quand je descends d'un bus, je dis au-revoir. Non pas pour dire merci au chauffeur d'avoir bien fait son boulot mais pour lui souhaiter une bonne continuation. Là est ma politesse. Je ne vois aucune politesse à remercier un gars parce qu'il fait bien son boulot alors qu'il a été formé et est payé pour.

Il ne s'agit pas de ne pas de faire de mal à quiconque mais de replacer la normalité à sa juste place. Selon moi.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-o :-D z-z g-) LOL 8-) :-p :-( :-C ;-( d-) 8-O rl-) y-) r-) i-) x-) -?) v-)