Je comprends comment des guerres de voisinage peuvent durer des générations...

Donc, hier, j'ai fait un apéro de voisins chez moi.

Chacun est venu avec ses provisions [1] et on a commencé à lister les trucs n'allant pas dans cet immeuble histoire de faire front commun contre le propriétaire/encaisseur.

Dans mon esprit, faire front commun ne peut se faire que si les doléances sont communes. Or, elles ne le sont pas car mon étage a du être aménagé bien après le RdC et le premier. Du coup, la vétusté n'est pas la même. Mais bon, il a été décidé de passer outre...
Cet illogisme me heurte, je dois bien le reconnaître.

On va donc mettre le proprio en demeure de régler les problèmes suivants et on va bien voir ce qui se passe :

  • Infiltrations diverses et trace d’humidité dans les parties communes et dans les appartements.
  • Vétusté de l’ensemble des huisseries partie commune et partie locative.
  • Défectuosité de l’escalier menant aux caves (défectuosité ou absence de plusieurs marches).
  • Défaut d’isolation phonique (extérieur et entre les étages) et thermique, en particulier au niveau du toit.

Sinon, j'ai eu un très improductif échange avec le voisin bruyant du dessous qui m'a semblé plus attaché à déterminer qui était coupable de l'inimitié que nous avions l'un vis-à-vis de l'autre plutôt que de voir comment nous comporter à l'avenir.
En gros, il m'a fait le reproche de n'avoir jamais frappé à la porte de chez lui quand je considérais qu'il faisait trop de bruit et d'avoir plutôt joué la carte de la surenchère en mettant du métal symphonique un peu fort.

Alors, soyons clair.

  1. Je suis descendu plus d'une fois mais comme le bruit était conséquent, il n'a été en mesure de m'entendre frapper à sa porte qu'une seule fois.
  2. Je l'avais alors invité à constater de visu mais en se servant de ses oreilles à quel point les basses se contrefoutaient de la pseudo isolation entre nos deux appartements. Il avait eu alors cette réaction, pour moi, totalement déconcertante : "Ben moi, je ne trouve pas la musique gênante". Manifestement, il n'avait pas compris que ce n'était pas lui le gêné... Passons.
  3. Je n'ai pas pour objectif dans ma vie de voisin de devoir aller 25 fois chez l'autre pour lui signifier que son bruit est dérangeant. S'il ne comprend pas une fois, il ne comprendra pas au bout de 25 fois.
  4. Je considère qu'une fois prévenu [2] des imperfections d'isolation phonique de l'immeuble, c'est à l'auteur du bruit de parvenir à se modérer tout seul comme un grand.
  5. Bref, on pourrait résumer ainsi : éduquer les cons n'entre pas dans mon régime.

Du coup, à mon sens, rien n'a été réglé et je ne suis pas loin de m'en tamponner le coquillard avec une petite cuillère en argent tellement tout ça m'emmerde complètement.

Notes

[1] j'ai fini les cannelés délicieux

[2] et le voisin du RdC, visiblement plus patient et éducateur que moi, est monté râler chez lui plus d'une fois

Commentaires

1. Le mercredi 10 août 2011, 22:02 par saperli

ben j'allais te dire que c'est un sacré con mais tu l'as dit avant moi

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-o :-D z-z g-) LOL 8-) :-p :-( :-C ;-( d-) 8-O rl-) y-) r-) i-) x-) -?) v-)