Ben coué ? On est dimanche...

Et le dimanche, je m'ennuie encore plus que le samedi.
Alors on va lister les plus et les moins de l'arrêt de la cigarette...

Les plus :

  • moins dépenser les sous que je n'ai pas,
  • ne plus devoir me fader les inscriptions débiles et pseudo culpabilisantes sur les paquets de clopes[1], la nouvelle campagne des droits des non-fumeurs (retirée depuis qu'elle a fait polémique) est d'une belle débilité en la matière... Sauf si ça veut signifier qu'en arrêtant la cigarette je vais avoir plus de pipes. Mais j'en doute,
  • ne plus puer le tabac froid (peau, haleine, fringues),
  • conséquemment, ne plus devoir me laver 25 fois par jour les mains, d'où économie d'eau, de savon, d'électricité, de gaz, etc.
  • ne plus devoir vider les cendriers,
  • ne plus risquer attraper la crève en hiver car je ne fumais que dehors ou sur mon balcon, donc livré aux intempéries,
  • ne plus risquer d'oublier les accessoires du fumeur : l'inévitable paquet de clopes à acheter pour tenir la nuit de dimanche à lundi et le briquet qui va flinguer la poche de jean,
  • ne plus devoir me justifier de fumer. Entre nous, je ne bois pas de café ou de vin, et pour ça aussi je dois me justifier, et à ce propos : je merde les questionneurs,
  • abandonner ce tic un peu crétin de suçoter des cachous afin de me rafraîchir l'haleine, mon foie m'en remercie par avance...

Les moins :

  • ne plus disposer d'un moyen simple et efficace à 100% de cautérisation quand je saigne du nez,
  • j'ai, de nouveau, des pellicules,
  • devoir trouver autre chose pour tromper mon ennui quand il s'agit d'attendre, dehors, dans le froid ou la pluie,
  • mon odorat, déjà fort performant, s'en trouve décuplé et je sens les émanations de tabac de l'appartement du dessous : parfaitement dégueulasse !
  • ne plus avoir de briquet pour s'éclairer dans le noir, l'interrupteur salvateur se trouvant à l'autre bout de la pièce,

Notes

[1] franchement, je n'imagine même pas comment lire que "fumer tue" ou voir des poumons cramés peuvent inciter un fumeur à arrêter, faut vraiment être non-fumeur pour croire l'inverse, ou con, ou les deux

Commentaires

1. Le dimanche 7 mars 2010, 15:55 par saperli

tu sais, j'ai commencé de fumer à 15 ans et à partir de l'âge de 20 ans, quand j'ai entamé des études avec stages en hôpitaux, j'ai développé une cancérophobie accentuée : la campagne " fumer tue " pourrait donc un tant soi peu inciter quelques hypocondriaques à cesser cette dépendance... J'ai pour ma part continuer de fumer encore 23 ans avec la peur au ventre... Mais depuis 10 ans et demi, rien, pas une seule rechute et l'impression d'être vraiment libérée de ce qui est finalement, comme toute dépendance, un truc qui fait partie de ta vie tout en l'empoisonnant ! J'ai du mal maintenant à accepter que j'ai pu à ce point m'enfumer (et mes enfants avec) pendant 26 ans alors que je pensais ne jamais pouvoir m'en sortir. Même pendant les échecs les plus difficiles de ma vie, tant affectifs que professionnels, je n'ai pas rechuté.Bon je suis un peu accro au chocolat, oui...

2. Le lundi 8 mars 2010, 02:24 par Kafeine

le seul truc qui m'emmerde de ne plus fumer c'est que je ne fumerai plus de temps en temps des pétards et ma femme qui elle aussi arrêté de fumer depuis deux mois ne comprend pas pourquoi je ne veux pas arrêter. Merde, putain, on va finir comme tous ces culs bénis les amis, à l'église le dimanche et en confession si ça continue. Les années 80 étaient quand même les meilleures à tout point de vue sexe, drogue et rock & roll (y a qu'à voir samedi soir sur France 2 avec les victoires de la musique) Je ne les ai pas regardé mais écouté sur France Inter car je travaillais. Putain, à écouter Stéphane Bern, j'avais envie de fumer un gros pétard en chantant God Save the Queen ... . En tout cas bon courage brol c'est la volonté qui fait tout, la preuve je fume encore.

3. Le lundi 8 mars 2010, 14:38 par brol

@ saperli : concernant mon arrêt de la clope, je ne suis pas sûr qu'il s'agisse de volonté liée à la peur mais plus de recherche de plaisirs.

@ Kafeine : pour ma part, j'ai arrêté les pétards il y a plus de 24 ans. Découvrir qu'on peut être euphorique et déconnecté sans adjuvant nocif est bon pour ma santé et mon portefeuille.
Quant aux années 80, elles ont quasi été aussi merdiques que les années 2000, alors je ne risque pas d'en éprouver de la nostalgie (excepté pour la musique peut-être).

Concernant la clope, tant que tu ne te seras pas découvert tes bonnes raisons pour passer à autre chose, et que ces bonnes raisons supplanteront celles qui te font fumer, tu fumeras. Je ne porte aucun jugement là-dessus parce qu'il n'y a pas à en porter.

4. Le lundi 8 mars 2010, 17:32 par Kafeine

Salut BROL pour les années 80 je parlais musique bien entendu (quoi que les années 80 m'ont botté franchement) j'avais 20 ans et le monde semblait tenir que dans une main. Pour le pétard, ma foi j'en fume que très rarement mais j'en fume encore un peu (je suis pas apéro) mais tu as raison et au grand damne de mon épouse, je n'ai pas encore trouvé les bonnes raisons d'arrêter de fumer pourtant ça coûte cher et on en meurt.En tout cas, bon courage car ce n'est pas facile.

5. Le jeudi 11 mars 2010, 20:08 par dieudeschats

Ah mais arrêter la clope, ça ne veut pas dire arrêter d'avoir un briquet sur soi ! J'ai jamais fumé mais j'ai toujours un briquet ;-)

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-o :-D z-z g-) LOL 8-) :-p :-( :-C ;-( d-) 8-O rl-) y-) r-) i-) x-) -?) v-)